La démocratie américaine vogue vers l’incertitude

Photo of author
Written By Laurent

Lorem ipsum dolor sit amet consectetur pulvinar ligula augue quis venenatis. 

La démocratie américaine vogue vers l'incertitude

Joe Biden se dirige vers une seconde moitié de son mandat de « canard boiteux », c’est-à-dire de président sans le soutien du Congrès. Donald Trump, au contraire, s’achemine vers l’annonce de sa candidature à la présidentielle de 2024, malgré le poids des enquêtes politiques et judiciaires sur son travail. Tels sont les scénarios possibles qui se présenteront après les élections de à mi-parcours de8 novembre aux États-Unis.

Pour prendre le contrôle du Congrès, ai républicains il faudrait peu de chiffres : mardi prochain, tous les 435 députés (Les démocrates en ont 220 et les républicains 212, avec 3 postes vacants) e 35 des 100 sénateurs (ils sont même 50) : la majorité démocratique repose sur le vote des président du sénat qui est le vice-président des États-Unis, Kamala Harris. Il reste encore à renouveler 39 gouverneurs, dans 36 états et 3 territoires; dans le même temps, de nombreuses autres élections nationales et locales et certains référendums auront lieu.

Trump prépare son retour et prévoit de créer des problèmes pour le président Biden et les démocrates. L’ex-magnat du président, afin d’ouvrir la voie à sa propre réélection, s’en prend à Le chef du groupe sénatorial Mitch McConnellqui ne le suit pas fidèlement : « mettez-le en destitution », insinue Trump à ses fidèles, même si il n’y a pas de procédure pour le faire. Pour compliquer la situation, la tâche des républicains consiste à plafonner les dépenses publiques.

Le « cri d’alarme » de Biden

Biden, en revanche, lance un cri d’alarme – « la démocratie est en jeu » – et envoie un double signal : que l’urgence démocratique après la conclusion traumatisante de la présidence Trump, il n’a pas été surmonté ; et que lui et les démocrates sentent le risque de défaite. Avec Le Congrès aux mains de l’oppositionla seconde moitié de son mandat sera une épreuve de médiations et de concessions.

S’exprimant à la télévision en Amérique aux heures de grande écoute, Biden dit que la démocratie est attaquée et qu’il n’y a pas de place pour la violence politique : l’Union est « à un tournant », le vote de mi-mandat « préserve ou compromet la démocratie » et la sécurité du pays.

Le président a dénoncé le nombre élevé de Les candidats républicains, environ 200, ce ils refusent d’accepter le résultat des élections et perpétuer la « post-vérité » trumpienne de Élections présidentielles de 2020 volées. Ce grand groupe de républicains prépare des recours et des plaintes pour fraude présumée, visant à semer le doute chez les électeurs sous prétexte de vérifier la régularité des opérations de vote.

La démocratie américaine vogue vers l'incertitude

Les conspirations de l’Alt Right et d’Elon Musk

Le discours du président s’appuie sur les conspirations infondées proférées par le théoriciens du complot d’extrême droitequi a trouvé une épaule imprudente dans Elon Muskl’entrepreneur qui montre qu’il veut transformer Twitter en outil de complot. L’agression subie la semaine dernière à son domicile par Paul Pelosi (époux de la présidente de la Chambre Nancy Pelosi) par David DePapea été retiré de la liste Steve Bannon (Le gourou de la campagne de Trump en 2016) et ses associés « alt right » à un affaire de jalousie gay.

DePape, qui a causé à Paul Pelosi une fracture du crâne et d’autres blessures, dans l’intention de kidnapper l’orateur qui n’est pas présent à la maison, est accusé d’agression et de tentative d’enlèvementainsi que diverses autres infractions mineures.

L’épisode semble être dû au climat de haine et d’intolérance de la politique américaine, qui reste très polarisé. La police a exclu que l’agresseur et l’agresseur se connaissaient. Mais cela n’a pas empêché les théoriciens du complot du Web de déchaîner des reconstructions et des conjectures imaginatives pour jeter de la boue sur Nancy Pelosi, le troisième poste aux États-Unis, après le président et le vice-président. Musk a rapidement soulevé leurs allégations, seulement pour supprimer ses tweets.

L’incertitude des sondages et des prévisions

Selon les sondages et divers gourous politiques, l’incertitude sur le rapport de force au Sénat après les élections de mi-mandat est grande : l’équilibre de départ est parfait et Les républicains avec un siège de plus deviendraient majoritairesmais Les démocrates peuvent gagner un siège en Pennsylvanie et peut-être un autre aussi. Au lieu de cela, la Chambre penche vers les républicains, qui doivent arracher aux démocrates cinq sièges et ils pourraient le faire en redéfinissant les collèges à leur avantage dans les États qu’ils gouvernent.

Avec son discours, Biden tentait de choquer les électeurs, en particulier les démocrates. Les Républicains font exactement le contraire : ils calment le jeu pourtant réduire la participation électorale, en particulier des minorités noires et hispaniques (surtout démocratique). Un exemple : après la décision de la Cour suprême qui a annulé la protection fédérale du droit à l’avortement, de nombreux candidats républicains, compte tenu de l’impact du verdict sur l’opinion publique, ont mis en sourdine leurs convictions anti-avortement.

Biden a été dur avec tous ceux qui pensent qu’ils ne voteront pas la semaine prochaine – mais plus d’un dixième des électeurs potentiels ont déjà voté par correspondance ou encore dans les sièges « à vote anticipé » : « On ne peut plus considérer que la démocratie est garantie… L’avenir du pays est en jeu… ». Il est possible que le refus de reconnaître les résultats du scrutin entraîne épisodes de violence: il y a des républicains, comme le candidat au poste de gouverneur de l’Arizona Lac Kari qui ne veulent qu’accepter la victoire.

L’appel du président intervient à un moment où La détermination des démocrates à voter est nettement inférieure à celle de 2018, lorsque 44 % des électeurs démocrates inscrits voulaient se rendre aux urnes pour « châtier » Trump. À présent seulement 24% veulent le faire pour « soutenir » Biden. Il y a plus d’enthousiasme chez les républicains, surtout chez ceux qui s’identifient aux candidats « Trumpiens », qui ont largement remporté les primaires : la possibilité de remporter la majorité à la Chambre et l’espoir de le faire même au Sénat, où la partie est plus incertaine.

Traditionnellement, les élections de mi-mandat pénalisent le parti au pouvoir. Si 2022 faisait exception, ce serait une surprise.

Laisser un commentaire